Courrier International | Jules Verne | Le Monde diplomatique | National Geographic | Time Magazine |

Guerres saintes


Holy war

--> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> -->
1.

Légitime défense

1.

Self-defence

2.

C’est en invoquant ce principe que le gouvernement des États-Unis a justifié l’attaque contre des "camps d’entraînement terroristes" en Afghanistan et contre une usine pharmaceutique au Soudan.

2.

That’s the principle invoked by the Unites States to justify attacking "terrorist training camps" in Afghanistan and a pharmaceutical factory in Sudan.

3.

Dans un système international où les États récusent la loi de la jungle, le département d’État se devait de trouver une couverture juridique aux bombardements du 20 août 1998, qui violaient la souveraineté de plusieurs États.

3.

In an international system in which states are challenging the law of the jungle, the State Department needed a legal cover for the bombings on 20 August 1998 which violated the sovereignty of several states.

4.

Il a donc invoqué l’article 51 de la Charte des Nations unies.

4.

So it invoked Article 51 of the United Nations Charter.

5.

Pourtant, ce texte ne prévoit l’usage de la légitime défense qu’en cas d’ agression armée" et "jusqu’à ce que le Conseil de sécurité ait pris les mesures nécessaires pour maintenir la paix et la sécurité internationale".

5.

But the article only provides for the use of "self-defence" in the case of "an armed attack... until the Security Council has taken measures necessary to maintain international peace and security".

6.

Les États-Unis étaient-ils vraiment confrontés à une "agression armée" ? Se sont-ils "défendus" en attendant que le Conseil de sécurité prenne "les mesures nécessaires" ?

6.

Did the US really defend itself from "an armed attack" while waiting for the Security Council to take the "necessary measures" ?

7.

Rien n’est moins sûr.

7.

It seems not.

8.

De nombreux officiels américains ont expliqué, au contraire, que les raids du mois dernier marquaient un tournant dans la stratégie de Washington, qui ne s’embarrasserait plus désormais de la recherche d’un consensus international ou de l’aval des Nations unies.

8.

Indeed, a number of American officials have pointed out that last month’s raids marked a turning point in Washington’s strategy : the US no longer feels constrained to seek an international consensus or the backing of the United Nations.

9.

"C’est une opération de dissuasion", a souligné l’un d’eux, qui ne peut être fondée sur des "arguties (niceties) juridiques".

9.

As one official remarked, "We’re in the deterrence business... [and it] is not based on legal niceties or delay".

10.

A la poubelle, donc, le droit international : les shérifs n’ont jamais demandé d’autorisation pour abattre les hors-la- loi.

10.

Forget international law. Did sheriffs ever ask permission to shoot bandits ?

11.

Le droit international pouvait d’autant moins servir que les preuves certaines de l’implication de M. Oussama Ben Laden dans les attaques criminelles contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie restent à rassembler.

11.

Anyway, international law was not much help when there was no sure proof of Osama bin Laden’s involvement in the criminal attacks on the US embassies in Kenya and Tanzania.

12.

Au moment même où les fusées Tomahawk s’envolaient vers leurs objectifs, M. Louis Freeh, directeur du FBI, insistait : "Nous sommes à une étape préliminaire" de l’enquête, et son adjointe sur le terrain déclarait que le principal suspect arrêté n’avait ni avoué ni impliqué M.Oussama Ben Laden.

12.

But, while FBI chief Louis Freeh was telling the world that "We are still in a fairly preliminary stage" of the enquiry, and his most senior colleague in the field was admitting that the main suspect arrested had neither confessed nor implicated Mr Bin Laden, the Tomahawks were already on their way.

13.

Par ailleurs, des techniciens étrangers qui ont travaillé dans l’usine bombardée de Khartoum ont rejeté l’idée qu’elle pouvait servir à produire des armes chimiques.

13.

Never mind that foreign technicians who worked in the bombed Khartoum factory dismissed the notion that it could be used to produce chemical weapons.

14.

Le refus par les États-Unis de l’envoi sur place d’une commission d’enquête des Nations unies ne plaide pas pour leur bonne foi.

14.

And the United States’ unwillingness to countenance a UN commission of enquiry said little for its good faith.

15.

Dans le monde musulman, cette arrogance exaspère les opinions.

15.

People in the Muslim world are getting tired of this arrogance.

16.

Pour certains, le président William Clinton a cherché à faire oublier l’affaire Lewinsky. Pour d’autres, "une réaction terroriste à un acte terroriste est inacceptable".

16.

Some of them think President Clinton was trying to turn attention from the Lewinsky affair ; others say "a terrorist reaction to a terrorist action is unacceptable".

17.

Les plus modérés insistent sur les limites des moyens militaires.

17.

The most moderate think a military response has its limitations.

18.

"La puissance du Pentagone peut aider à combattre le terrorisme, écrivait un éditorialiste égyptien. Mais elle ne sera jamais totalement efficace tant que le mécontentement et la volonté de résister [du monde musulman] persisteront.

18.

As an Egyptian editorial put it, "All the Pentagon’s power may help in fighting terrorism, but it will never be fully effective as long as discontent and [the Islamic world’s] will to resist persist.

19.

Une meilleure approche serait d’opérer un tournant politique en faveur des opprimés et notamment des Palestiniens."

19.

A better approach would be policy shifts in favour of the oppressed, such as the Palestinians."

20.

Cette dernière remarque rejoint celle faite par M. Robert M. Gates, qui fut directeur de la CIA durant la présidence de M. George Bush. Il faut "poursuivre des politiques et des stratégies qui, sur le long terme, affaiblissent les racines du terrorisme", commente-t-il avant d’appeler, notamment, à une politique de paix au Proche-Orient qui ne "s’agenouille pas devant l’obstruction de M. Benyamin Nétanyahou".

20.

This is reminiscent of something said by Robert M. Gates, head of the CIA under the Bush administration : "We can pursue policies and strategies that in the long term weaken terrorism’s roots. We can pursue a peace in the Middle East that does not kowtow to Binyamin Netanyahu’s obstructionism."

21.

CAR le terrorisme s’alimente des crises et des frustrations qui s’accumulent dans le monde musulman, de l’Irak au Cachemire, de la Palestine au Soudan.

21.

Terrorism is drawing strength from the mounting crises and frustrations in the Muslim world, from Iraq to Kashmir, Palestine to Sudan.

22.

Certes, les États- Unis ne portent pas la responsabilité de tous les drames de cette zone, mais comme "seule superpuissance" mondiale, ils sont comptables de nombre de tragédies. Embargo meurtrier contre la population irakienne, sanctions contre la Libye et le Soudan, calvaire des Palestiniens, poursuite de l’occupation de Jérusalem-Est et du Golan, etc. : il n’est nul besoin d’être un "fanatique musulman" pour s’interroger sur le rôle de Washington dans chacun de ces drames, ni pour constater que les déclarations de l’Occident sur la démocratie s’accommodent des dictatures saoudienne ou indonésienne, des autoritarismes égyptien ou pakistanais...

22.

Obviously, the United States is not responsible for all the region’s woes. But as the world’s only superpower, it is accountable for a good number of its dramas : the embargo which is harming the Iraqi people, sanctions against Libya and Sudan, the suffering of the Palestinians, the continuing occupation of East Jerusalem and the Golan, and so on. You don’t have to be a Muslim "fanatic" to question Washington’s role in each of these events, or to see how the West conveniently overlooks its declarations about democracy when it comes to Saudi and Indonesian dictatorships, or authoritarian rule in Egypt or Pakistan.

23.

Oussama Ben Laden est donc devenu l’ennemi public numéro un des États-Unis.

23.

Osama bin Laden is now America’s public enemy number one.

24.

L’ancien "combattant de la liberté" pouvait-il rêver meilleur rôle ?

24.

Could the former "freedom fighter" have dreamed of a better role ?

25.

Des milliers de jeunes musulmans y trouveront une raison de rejoindre sa "guerre sainte", tandis que les autres seront réduits au silence, par peur d’être accusés de complicité avec une puissance qui aide à perpétuer un ordre international injuste.

25.

Thousands of young Muslims will now find a reason for joining his "holy war". But others will be reduced to silence for fear of being accused of complicity with a power that helps perpetuate an unjust world order.

26.

Qu’ils le veuillent ou non, les États-Unis s’enferment dans une "guerre de civilisation" et contribuent à élargir la fracture entre le monde musulman et le monde occidental.

26.

Willy-nilly, the United States is locking itself into a "war of civilisations" and helping to widen the fracture between the Muslim world and the West.

27.

Nous sommes pourtant à la veille d’échéances décisives.

27.

But the old order is on its way out.

28.

D’ici quelques années, les principaux dirigeants du Proche-Orient se seront effacés.

28.

In a few years time, the Middle East will have lost its main leaders.

29.

Yasser Arafat et les rois Hussein de Jordanie et Fahd d’Arabie Saoudite sont malades, comme le président Hafez El Assad.

29.

Yasser Arafat and Kings Hussein and Fahd are ill, as is President Hafez al Assad.

30.

Une transition périlleuse s’amorce, qui risque de remettre en cause les frontières et les États issus des partages coloniaux.

30.

There is a particularly dangerous transition ahead, which may re-open the whole question of the borders and states that were put in place by the old colonial powers.

31.

Comme ailleurs, les peuples de cette région aspirent à la paix, à la liberté, à l’indépendance nationale, au bien-être, à la démocratie.

31.

Like anywhere else, the peoples of this region want peace, freedom, national independence, democracy.

32.

C’est en répondant à ces aspirations, et non en déclenchant une guerre sainte contre le "terrorisme islamique", que l’on pourra garantir une transition ordonnée.

32.

It is by responding to those desires, not launching a holy war against "Islamic terror", that we can guarantee an orderly transition.

Courrier International | Jules Verne | Le Monde diplomatique | National Geographic | Time Magazine |
© UP | EA3816 Laboratoire FORELL - Maison des Sciences de l'Homme et de la Société, 99 avenue du Recteur-Pineau 86000 Poitiers
..:: Contact : Webmaster ::..