Courrier International | Jules Verne | Le Monde diplomatique | National Geographic | Time Magazine |

Rêves et colère des Palestiniens


Palestinian dreams and anger

--> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> --> -->
1.

LES RÉFUGIÉS DANS "L’ARRIÈRE- COUR DE LA PATRIE"

1.

IN THE SHADOW OF THEIR HOMELAND

2.

"Je me pinçais. Je n’arrivais pas à y croire.

2.

"I had to pinch myself to make sure it was really happening.

3.

Je foulais le sol de Tarshiha, la ville natale de mes parents.

3.

I was walking on native soil : Tarshiha, my parents’ birthplace.

4.

Ces maisons, mon père les avait visitées. Ces rues, ma mère les avait parcourues, il y a plus de cinquante ans.

4.

It was hard to imagine that 50 years ago my mother may have roamed up and down these same streets or my father may have visited these very homes.

5.

De mémoire, elle avait dessiné un plan, et il était d’une telle précision, comme si elle était partie la veille.

5.

My mother had drawn a plan by heart and it was so precise you’d have thought she’d left the night before.

6.

J’étais de retour".

6.

Now I was back".

7.

Née au Liban, Samia est palestinienne.

7.

Though born in Lebanon, Samia is Palestinian.

8.

Engagée très tôt dans la lutte armée, elle a rêvé de libération, d’émancipation des femmes, de révolution mondiale.

8.

Committed to armed struggle from a very young age, she dreamt of freedom, women’s liberation and world revolution.

9.

Pour la première fois, elle peut se rendre dans ce village, Tarshiha, en Israèl, dont toute son enfance a été bercée.

9.

Now for the first time, she could visit her family birthplace, now in Israel.

10.

"La Palestine, je la connaissais par les récits.

10.

"I learnt about Palestine through stories.

11.

A chaque occasion, dans notre camp de réfugiés, pour un mariage ou pour un enterrement, nous l’évoquions, souvent en pleurant.

11.

In the refugee camps we never missed an opportunity - a marriage or funeral - to tell these stories, often with tears in our eyes.

12.

Elle était une sorte de paradis perdu.

12.

Palestine was a sort of Paradise Lost.

13.

Quand je me blottissais dans mon lit, et que le toit de zinc au-dessus de ma tête crépitait comme une mitraillette, sous l’effet des bourrasques, j’avais peur.

13.

I remember being afraid and curling up in my bed whenever a gust of wind made the zinc roof over my head rattle like a machine-gun.

14.

Je rêvais d’un havre qui nous protégerait de tous les malheurs".

14.

I’d imagine a safer place - somewhere that would protect us from danger".

15.

Samia n’a pas été déçue, même si la réalité ne correspondait pas toujours aux souvenirs transmis.

15.

Tarshiha did not disappoint Samia, even if the reality sometimes fell short of the stories she had heard.

16.

"Les paysages étaient encore plus beaux que ceux que j’imaginais. Plus beaux que les plus beaux paysages libanais."

16.

"The countryside was even more beautiful than I’d imagined, more striking than the loveliest Lebanese landscapes."

17.

"Lors d’une de mes promenades dans la ville, poursuit-elle, très émue, un couple d’Israéliens juifs m’a demandé le chemin de la polyclinique.

17.

She became quite emotional. "During one of my strolls in the village a couple of Jewish Israelis asked me if I knew the way to the clinic.

18.

Je ne sais pas, je ne suis pas d’ici", ai-je répondu spontanément.

18.

’I don’t know, I’m not from around here,’ I remember replying.

19.

Puis, réalisant ce que je venais de dire, je me suis effondrée en larmes."

19.

Then, overcome by what I’d just said, I broke down and wept".

20.

Samia est-elle d’"ici", "de Tarshiha" ?

20.

Is Samia in fact "from here", from Tarshiha ?

21.

Est-elle prête à s’installer dans ce village, où réside encore une partie de sa famille, dans l’État d’Israèl, en bonne entente avec ses voisins juifs ?

21.

Is she ready to put down new roots in this town where part of her family still lives, settle down in the State of Israel and live in harmony with Jewish neighbours ?

22.

Oui, affirme-t-elle sans hésiter.

22.

Yes, she says without a moment’s hesitation.

23.

Avant de nuancer : "Le retour, sur le plan concret, n’est pas forcément important.

23.

Then she adds "In concrete terms, return isn’t necessarily important.

24.

Mais je veux pouvoir rentrer librement".

24.

But I do want to be able to come and go as I wish".

25.

On les appelle des "réfugiés".

25.

They are called refugees.

26.

Ils sont trois millions et demi, peut-être plus (lire page 15).

26.

They number 3.5 million, perhaps more.

27.

Une minorité vivent dans des camps, au Liban ou en Syrie, en Jordanie ou en Cisjordanie, à Jérusalem-Est ou à Gaza ; certains sont installés en Égypte ou en Irak, dans le Golfe, ou même aux États-Unis.

27.

A minority live in camps —in Lebanon, Syria, Jordan, the West Bank, East Jerusalem, Gaza. Some have settled in Egypt, Iraq, the Gulf states and even America.

28.

Nombre d’entre eux connaissent la pauvreté, mais d’autres sont médecins, ingénieurs, brillants intellectuels, voire richissimes hommes d’affaires.

28.

Many live in poverty but there are also doctors, engineers, brilliant intellectuals - even fabulously wealthy businessmen.

29.

Nés le plus souvent en exil, ils répondent, quand on leur demande d’où ils sont originaires, "de Haïfa", "de Ramallah", "de Jaffa", ou de villages détruits après 1948 et dont ils gardent précieusement la mémoire, à travers des photos, des titres de propriété ou des recueils de souvenirs.

29.

Though most of them were born in exile, when asked about their origins they reply Haifa, Ramallah, Jaffa or perhaps one of the villages destroyed after 1948 whose memory they lovingly preserve with the help of photos, deeds and other mementos.

30.

Tous, comme Samia, rêvent de "retour".

30.

Like Samia they all dream of "returning".

31.

Ils connaissent par coeur la résolution 194 de l’Assemblée générale des Nations unies adoptée il y a tout juste cinquante ans, le 11 décembre 1948 : "Il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins."

31.

They know UN General Assembly Resolution 194, passed 50 years ago on 11 December 1948 off by heart : "There are grounds for allowing refugees who so wish to return to their homes as soon as possible so that they may live in peace with their neighbours."

32.

Ils rejettent avec indignation l’autre terme de la proposition : "Des indemnités doivent être payées à titre de compensation pour les biens de ceux qui décident de ne pas rentrer."

32.

They indignantly reject the other part of the proposal : "As compensation for their property, payment must be made to those who decide not to return."

33.

On ne vend pas sa patrie.

33.

You do not sell your homeland.

34.

Palestiniens et Israéliens le savent, de tous les dossiers en suspens dans les négociations, le sort des réfugiés est le plus complexe.

34.

Of all the outstanding issues, the fate of the refugees is the most complex and both Palestinians and Israelis know it.

35.

Aucune solution durable pour l’ensemble de la région n’est imaginable avec le maintien de ces abcès de déstabilisation que sont les camps.

35.

No permanent solution for the region is feasible for as long as the camps —hotbeds of instability— continue to exist.

36.

D’innombrables plans ont été élaborés, mais pourront-ils concilier l’inconciliable, alors même que le retrait de quelques kilomètres carrés de Cisjordanie semble déjà insupportable au gouvernement israélien ?

36.

Numerous plans have been worked out, but can they square the circle when the Israeli government balks at withdrawing from even a few square kilometres of the West Bank ?

37.

Partageant son temps entre Ramallah et Amman, le poète palestinien Mahmoud Darwich reconnaît le dilemme : "Une lutte se déroule en chacun de nous : le coeur nous interdit de renoncer à notre bien, et le cerveau nous dit qu’il n’est pas réaliste de penser que nous allons retourner dans nos villes et nos villages, à l’intérieur d’Israèl.

37.

The Palestinian poet Mahmud Darwich, who divides his time between Ramallah and Amman, acknowledges the dilemma. "There is a struggle taking place within each of us : our hearts tell us we cannot give up what is ours, while our brains tell us that it is unrealistic to think we are going to return to our towns inside Israel.

38.

Mais comment abandonner ? Notre mémoire est encore fraîche, nous n’avons pas été exilés depuis 2 000 ans.

38.

But how can we give up ? The memories are still too fresh ; we haven’t been exiled for 2,000 years.

39.

Notre maison, nos terres sont si proches."

39.

Our homes and land are so near."

40.

La nekba (la catastrophe) reste une blessure non cicatrisée dans l’imaginaire palestinien.

40.

The nakba (catastrophe) of 1948 remains a raw wound in the Palestinian psyche.

41.

"En 1948, la conscience nationale était en formation, explique le Dr Eyad Sarraj, qui dirige le Centre communautaire de santé mentale de Gaza.

41.

"In 1948 our national consciousness was emerging", explains Iyad Serraj, head of the Gaza Community Mental Health Programme.

42.

L’identité des Palestiniens, en majorité des paysans, était liée à la terre.

42.

"The identity of the Palestinians, who are mostly peasants, was linked to the land.

43.

Perdre sa terre, sa maison, c’était perdre son honneur, son identité."

43.

Thus, to lose your land and house was also to lose your honour and identity."

44.

Le centre du Dr Sarraj soigne les personnes les plus vulnérables de la société, les femmes moins brimées par une société patriarcale et les enfants traumatisés par de longues années d’occupation et par une violence qui les a souvent déstructurés.

44.

Dr Sarraj’s centre takes care of the most vulnerable : women oppressed by patriarchal society and children traumatised by years of occupation and violence.

45.

Lors de son arrestation en 1996 — il avait osé critiquer M. Yasser Arafat—, le Dr Sarraj a assisté à l’interrogatoire d’un prévenu.

45.

At the time of his arrest in 1996 - he had dared criticise Yasser Arafat - Dr Sarraj witnessed the interrogation of a detainee.

46.

L’officier, un jeune cadre palestinien de l’Intifada, a fini par s’énerver, et s’est mis à crier, puis à hurler en hébreu.

46.

The officer, a junior cadre in the intifada, got excited and began shouting and yelling —in Hebrew.

47.

Etrange identification de l’ancienne victime avec le bourreau.

47.

Remarkably, the former victim was identifying with the persecutor.

48.

"Nous, les Palestiniens, poursuit-il, avons une peur profonde du déracinement, de l’expulsion.

48.

"We Palestinians", he went on, "have a deep fear of being uprooted and deported.

49.

La paix, pour moi, se résume à une exigence : que l’on ne puisse plus m’expulser de chez moi.

49.

To me, peace means that no one can throw me out of my own home.

50.

Avant les accords d’Oslo, j’avais toujours peur de partir à l’étranger : n’allait-on pas m’interdire de revenir ?" Il se souvient.

50.

Before the Oslo accords I had always been afraid of going abroad just in case I was not allowed to return." He recalled an episode in 1991.

51.

"C’était dans la ville de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, en 1991.

51.

"It was in the town of Khan Yunis in the southern part of the Gaza Strip.

52.

Les soldats israéliens ont entouré un pâté de vingt-huit maisons.

52.

Israeli soldiers surrounded a block of 28 houses.

53.

Ils ont fait sortir les habitants et leur ont demandé de livrer un "terroriste".

53.

They ordered the residents to come out and hand over a ’terrorist’.

54.

Devant leur refus, ils ont dynamité les habitations une à une, puis ont fait rouler leurs chars sur les ruines.

54.

When they refused, the soldiers dynamited their homes one by one, then ran their tanks over the ruins.

55.

Or ces logis avaient été érigés par des réfugiés du camp voisin. Pendant une dizaine d’années, ils avaient accumulé l’argent nécessaire pour s’installer en ville.

55.

Refugees from a nearby camp had spent 10 years accumulating the money to build those dwellings and move into the town.

56.

Je n’oublierai jamais cette vieille femme pleurant devant les décombres : pour la troisième fois, elle perdait tout —en 1948, puis en 1971 sa maison avait été déjà dévastée par les troupes du général Sharon".

56.

I’ll never forget an old woman crying in front of the ruins. For the third time she was losing everything : the first was in 1948, then in 1971 her house was demolished by Ariel Sharon’s troops".

57.

Ouzo. Aucune mention de ce nom sur les cartes ni sur les panneaux indicateurs à l’approche de Saïda, la métropole du sud du Liban.

57.

There is no mention of the name Uzo on maps or road signs approaching Saida, the largest town in southern Lebanon.

58.

Interrogés, les responsables palestiniens eux-mêmes ignorent de quoi il s’agit.

58.

When questioned, even Palestinian officials did not know where it was.

59.

Pourtant, aux portes du grand camp d’Ein El Helweh est blotti un bidonville que ses habitants désignent sous ce vocable exotique d’Ouzo, à l’origine singulière.

59.

Nonetheless, near the entrance to the large camp of Ein al-Helwah, there is a shanty town whose origins are remarkable and have earned it the exotic name of Uzo.

60.

C’étaient les années 70, le Tchad et la Libye s’affrontaient pour le contrôle d’une obscure zone désertique, la bande d’Aouzou.

60.

Back in the 1970s Chad and Libya were fighting for control of an obscure deserted area, the Aouzou Strip.

61.

L’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et la gauche libanaise envoyèrent des officiers soutenir le colonel Mouammar Kadhafi.

61.

The Palestine Liberation Organisation (PLO) and left-wing forces in Lebanon sent officers to support Colonel Gadhafi.

62.

A leur retour, ces combattants édifièrent un cantonnement, déserté après le départ de l’OLP du Liban.

62.

When they returned the fighters set up camp, which was then deserted when the PLO left Lebanon.

63.

Des milliers de miséreux prirent d’assaut les baraquements. Déformation d’Aouzou, le nom Ouzo, est resté.

63.

Thousands of poverty-stricken refugees grabbed the barracks and named the area Uzo, after Aouzou.

64.

Les ruelles sont si étroites que deux personnes peuvent à peine s’y croiser.

64.

Its alleyways are so narrow that it is difficult for two people to squeeze past each other.

65.

Les maisons avec leur toit de tôle sont inondées durant l’hiver.

65.

The houses have sheet metal roofs and are flooded in winter.

66.

L’eau est souvent coupée et des rigoles à ciel ouvert servent d’égouts.

66.

The water supply is often cut off and exposed furrows serve as sewers.

67.

"Expulsés de Galilée en 1948, nous avons vécu à Nabatieh, un camp du sud du Liban, jusqu’en 1969 et les premiers affrontements entre l’armée et l’OLP, explique Fatima, dans la pièce qui lui sert d’appartement à elle et aux huit membres de sa famille.

67.

"Driven out of Galilee in 1948, we lived in Nabatieh, a camp in southern Lebanon, until 1969 when the confrontations between the army and the PLO first started", explains Fatima in the single room that is home to her and the eight members of her family.

68.

Nous avons alors émigré à Beyrouth, à Tall al Za’tar."

68.

"Then we emigrated to the Tel al-Zatar camp in Beirut."

69.

En 1976, la droite libanaise encercle ce camp. L’épouvantable siège durera cinquante-deux jours.

69.

In 1976 right-wing Lebanese troops encircled the camp ; the horrendous siege lasted 52 days.

70.

Nouvelle déportation, cette fois-ci vers Chatila.

70.

They were deported once more, this time to Shatila —scene of the tragic 1982 massacres.

71.

Faut-il rappeler les massacres de 1982, à l’heure où l’un des principaux responsables du carnage, M. Ariel Sharon, est nommé ministre des affaires étrangères israélien pour "négocier" la solution "définitive" de la question palestinienne ?

71.

Today General Sharon, who shares prime responsibility for the carnage, is Israel’s foreign minister and has a mandate to negotiate a "definitive" solution to the Palestinian question.

72.

"Morts les yeux grands ouverts, ils connurent l’épouvante de voir toutes choses créées, hommes, chaises, étoiles, soleils, phalangistes, trembler, se convulser, se brouiller, a écrit Jean Genet.

72.

"Dying with their eyes wide open, they experienced the terror of seeing all creation - men, chairs, stars, suns, Phalangists - tremble, convulse and blur" wrote Jean Genet.

73.

Les moribonds voyaient, sentaient, savaient que leur mort était la mort du monde".

73.

"The dying saw, felt, knew that their death was the death of their world".

74.

Encore un départ, pour les survivants, vers la banlieue de Saïda, puis, en 1991, à l’issue de combats dont ils ont renoncé à comprendre le sens, arrivée à Ouzo.

74.

The survivors left once more, this time for the outskirts of Saida. Then in 1991, following battles whose meaning they had stopped trying to understand, they arrived at Uzo.

75.

Simple étape, pour eux, de ce douloureux exode de cinquante ans qui doit les ramener vers la terre promise, vers la Palestine.

75.

For them, this was just another stop in the painful 50-year exodus that would bring them back to their promised land, Palestine.

76.

Si l’on en croit la Bible, les Hébreux ne souffrirent que quarante ans d’errance à travers le désert, après le départ d’Egypte, pour que s’achève leur quête.

76.

According to the Bible, the Jews suffered only 40 years of wandering in the desert from the time they left Egypt until their own search ended.

77.

"Nous n’oublierons jamais la Palestine, ni ne renoncerons au droit au retour", dit simplement Samira.

77.

"We will never forget Palestine or forego the right to return," said Samira in a matter-of-fact way.

78.

On ne perçoit chez elle aucun découragement, aucun abattement.

78.

Not a trace of discouragement or despondency in her tone.

79.

Au contraire, aujourd’hui, elle est particulièrement satisfaite.

79.

On the contrary, today she was especially satisfied.

80.

Profitant de son jour de congé —privilégiée, elle a réussi à trouver une place de femme de ménage—, elle a achevé, de ses propres mains, la construction de sa cuisine grâce à des matériaux dérobés, confie-t-elle avec un petit sourire, sur un chantier voisin.

80.

Taking advantage of her day off (by a stroke of luck, she had managed to find work as a housekeeper), she had finished building her kitchen with her own hands. She confided with a wry smile that she was using materials pilfered from a nearby construction site.

81.

Elle avait déjà aménagé un "alon", avec un canapé récupéré dans une décharge et construit des toilettes, un vrai luxe ici.

81.

She had already fashioned a living room of sorts with a sofa rescued from a tip and built a toilet, a real luxury here.

82.

Samira a été une combattante, elle s’est battue dans les rangs du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP).

82.

Samira had been a fighter with the Popular Front for the Liberation of Palestine (PLFP).

83.

Durant la guerre de 1982, elle a épousé un étudiant yougoslave venu rejoindre les Palestiniens.

83.

During the 1982 war she married a Yugoslav student who had come to help the Palestinians.

84.

Ils se sont installés ici en 1991, avec leurs trois enfants.

84.

They and their three children moved into this home in 1991.

85.

Puis son mari a disparu, sans doute tué par l’armée libanaise.

85.

Then her husband disappeared, in all likelihood killed by the Lebanese army.

86.

Sa forme de résistance, c’est d’édifier une vie décente, sans perdre le sourire, en attendant des lendemains moins sombres.

86.

Her form of resistance consists in building a decent life for herself, keeping her smile and waiting for a better future.

87.

Comme d’autres gens modestes dans les camps du Liban et de Syrie, et bien que les réfugiés aient été les grands oubliés des accords d’Oslo, elle fait confiance à M. Yasser Arafat.

87.

Like other ordinary people in the Lebanese and Syrian camps, she still has confidence in Yasser Arafat even though the refugees have been the big losers in the Oslo accords.

88.

Qui propose autre chose ? Les discours des organisations de l’opposition sont discrédités ; Hamas ne cherche pas à s’implanter en dehors de la Cisjordanie et Gaza ; M. Arafat, quelles que soient les critiques —et elles sont beaucoup plus vives là où s’est installée l’Autorité palestinienne, avec son lot de corruption et de répression—, reste le symbole de la renaissance nationale.

88.

Anyway, no one else is coming up with any alternative : organisations opposing him have been discredited and Hamas is not interested in gaining a foothold beyond the West Bank and Gaza. Arafat remains a symbol of national rebirth in spite of the criticisms levelled at him (they are much harsher where the Palestinian Authority is present with all its corruption and repression).

89.

Les Palestiniens de l’exil sont fatigués.

89.

The Palestinians in exile are worn out.

90.

Pas une famille qui n’ait donné un, deux, trois martyrs à la lutte. Pas une famille qui échappe aux difficultés économiques, à la dispersion, à la peur des lendemains.

90.

You would be hard pressed to find a family that has not given one or more martyrs to the struggle or a family that has not experienced economic difficulties, dispersal or anxiety for the future.

91.

"Nous avons été trahis par tout le monde, par la communauté internationale mais en premier lieu par les Arabes, s’indigne Mohamed, un combattant qui a passé une vingtaine d’années à se battre sur tous les fronts et qui s’est installé dans le camp de Sbeineh, près de Damas .

91.

"We have been betrayed by the entire world —by the international community, to be sure, but first and foremost by the Arab world", says Muhammad, one of the fedayeen who spent 20 years fighting on every front and who settled in Sbeineh, a camp near Damascus.

92.

Que pouvait faire Arafat dans ces conditions ? Un drapeau sur une pierre palestinienne ne vaut-il pas mieux que rien ?"

92.

"Given the circumstances, what could Arafat have done ? Isn’t a flag planted on a Palestinian rock better than nothing at all ?"

93.

La mémoire est encore fraîche de l’expulsion, du jour au lendemain, en 1991, de trois cent cinquante mille Palestiniens du Koweït.

93.

The memory of 350,000 Palestinians expelled from Kuwait in 1991 from one day to the next is still fresh.

94.

Même dans les "zones autonomes", personne ne se sent vraiment à l’abri.

94.

Even in the autonomous zones, no one really feels safe.

95.

La ville d’Hébron préfigure-t-elle le cauchemar à venir ? A la suite d’un accord salué par la communauté internationale comme "un pas supplémentaire vers la paix", la ville a été divisée en deux, une zone sous contrôle palestinien, une autre sous contrôle israélien, qui représente 20 % de la ville et à l’intérieur de laquelle vivent vingt mille Palestiniens et quelques centaines de colons.

95.

Do the events in Hebron foreshadow future ordeals ? Following an agreement hailed by the international community as a further step toward peace, the city has been divided into two zones, one under Palestinian control, and the remaining 20% under Israeli control, within which live 20,000 Palestinians and a few hundred settlers.

96.

Au coeur de la vieille ville, ces derniers se livrent à toutes les provocations, sous l’oeil bienveillant des soldats israéliens.

96.

In the heart of the Old City, settlers engage in all sorts of provocation while Israeli soldiers turn a blind eye.

97.

A Tal Armeida, sur les hauteurs de la ville, se sont installés quelques fanatiques juifs.

97.

A few Jewish extremists have moved into the upper town of Tal Armeida.

98.

Du toit d’une maison voisine, protégée par des grillages —les colons jettent pierres et détritus, dans l’espoir que ses occupants abandonneront leur demeure—, Anwar indique les différents postes militaires nécessaires pour assurer la "sécurité" des colons. Mais qui assure la sécurité des Palestiniens ?

98.

Hoping that residents would abandon their dwellings, the settlers throw stones and garbage from the roof of a nearby house protected by a wire fence ; Anwar points to the various military posts that are required to ensure the safety of the settlers ; but who will ensure the safety of the Palestinians ?

99.

A la suite des accords israélo-palestiniens de Wye Plantation d’octobre 1998 —encore "un pas vers la paix"—, le gouvernement de M. Benyamin Nétanyahou a décidé, entre autres mesures destinées à renforcer la colonisation (crédits supplémentaires, confiscation de terres pour construire des routes de contournement, travaux au centre de Jérusalem-Est) , de transformer en constructions en dur les préfabriqués où sont logés ces "fous de Dieu".

99.

Following the Wye River accords of October 1998 - yet another "step toward peace" —the Netanyahu government decided to transform the pre-fabricated dwellings of these zealots into permanent homes. This was just one of the measures intended to consolidate the settlements— further credits, confiscation of land in order to build by-pass roads, public works in the heart of East Jerusalem.

100.

Youssef, trente-trois ans, vit à Hébron et il est originaire de Falouja, à l’intérieur d’Israèl.

100.

Yussuf, aged 33, originally from Faluja in Israel, lives in Hebron.

101.

Intellectuel, poète à ses heures, fonctionnaire de l’Autorité palestinienne, il organise avec succès des représentations théâtrales dans les écoles.

101.

An intellectual, a poet when the fancy strikes him and a Palestinian Authority official, he has successfully organised theatrical performances in schools.

102.

Il ne cache pourtant pas ses angoisses.

102.

However he cannot hide his anguish.

103.

"Nous allons vers la division de la ville.

103.

"We are moving towards a divided city.

104.

Petit à petit, nous sommes expulsés.

104.

Little by little we are being driven out.

105.

J’ai peur pour mon avenir, pour celui de mon fils".

105.

I fear what the future has in store for me and my son.

106.

Déjà, la vieille ville s’est vidée de la majorité de ses habitants.

106.

" Most residents have already left the Old City".

107.

Comment, dans ces conditions, renoncer à sa maison de Falouja et aux titres de propriété que son père lui a transmis ?

107.

Given these circumstances, he would be ill-advised to give up his house in Faluja and the title to the property handed down to him by his father.

108.

"Répudier cette terre serait trahir mes ancêtres et mon peuple, ce serait contraire à la religion.

108.

"Relinquishing this land would be tantamount to betraying my ancestors, my people and my religion.

109.

Je sais à qui appartient chaque arpent de Falouja.

109.

I know who owns every acre of land in Faluja.

110.

Chaque année j’y retourne pour voir l’arbre que ma mère a planté en 1943, lors de son mariage avec mon père".

110.

Every year I go back to visit the tree that my mother planted in 1943 when she married my father".

111.

Si l’une des faces de la vie des Palestiniens est l’insécurité, l’autre est l’enfermement.

111.

The lives of Palestinians have two enduring qualities : insecurity and the feeling of being shut in.

112.

Sous le coup des défaites politiques et militaires successives, leur espace de déplacement s’est réduit, au risque de les étouffer.

112.

Reeling from successive political and military defeats, they are reduced to a scrap of land ; they feel choked.

113.

Devant sa maison, à Ouzo, Jamal, la soixantaine, originaire de Cisjordanie, effectue quelques menus travaux.

113.

In front of his house at Uzo, Jamal, who is in his 60s and originally from the West Bank, is performing a few minor repairs.

114.

Il a rejoint le Fath en Jordanie en 1969, puis, avec les fedayin, s’est replié sur le Liban.

114.

In 1969 he joined Fatah in Jordan, then, along with the fedayeen, decamped to Lebanon.

115.

Il a été sur tous les fronts, a participé à la résistance de Beyrouth durant l’été 1982, mais se retrouve sans papiers, menacé d’expulsion.

115.

He served on every front and helped defend Beirut during the summer of 1982, but ended up without proper papers and the threat of expulsion hanging over him.

116.

Confiné dans le périmètre étroit du camp, il survit en récupérant des bouteilles en plastique dans les poubelles, pour un salaire de misère.

116.

Restricted to the narrow confines of the camp, he barely survives, collecting plastic bottles from dustbins.

117.

A Ein El Helweh, la directrice de la crèche Ghassan Kanafani (du nom du grand écrivain palestinien) n’arrive pas à comprendre.

117.

At Ein al-Helwah the director of the Ghassan Kanafani nursery (named after the great Palestinian writer) is baffled.

118.

Une de ses puéricultrices, partie se faire soigner en Allemagne, est bloquée là-bas. Elle disposait pourtant du fameux visa de retour, obligatoire pour tout Palestinien qui quitte le Liban.

118.

Apparently, a child care worker had gone to get treatment in Germany and was trapped there - this despite the fact that she was travelling on the famous return visa that is compulsory for every Palestinian leaving Lebanon.

119.

Et puis, brusquement, elle comprend.

119.

Then, in a flash, it dawned on her what must have happened.

120.

Quand l’enseignante, qui s’occupe des enfants aveugles et qui est elle-même malvoyante, a pris l’avion à l’aéroport de Beyrouth, les autorités ont profité de son infirmité pour annuler, sans qu’elle s’en aperçoive, son visa de retour.

120.

When the teacher, who takes care of blind children and has only partial sight herself, took the plane at Beirut airport, the authorities must have taken advantage of her infirmity and, without her knowledge, invalidated her return visa.

121.

A quelques centaines de kilomètres de là, à Deheiché, près de Bethléem (Cisjordanie), Mouna a créé le premier site Internet d’un camp de réfugiés. Pourtant, depuis 1994, elle reste prisonnière des quelques kilomètres carrés de la ville, sous souveraineté palestinienne.

121.

A few hundred kilometres from there, at Deheisha, near Bethlehem on the West Bank, Muna has created the first Internet site in a refugee camp ; ironically, since 1994 she has been confined to this small area which is under Palestinian rule.

122.

Elle possède pourtant un passeport américain, mais elle devrait, tous les trois mois, renouveler son visa auprès des autorités israéliennes pour vivre dans son propre pays, avec son époux.

122.

As she holds an American passport, she must get her visa renewed every three months by the Israelis just to live with her husband in her own country.

123.

Grâce au courrier électronique et au téléphone, elle poursuit un patient travail pour la presse locale et internationale.

123.

Using e-mail and the telephone, she patiently carries on with her job with the local and international press.

124.

Ahmed a vingt-cinq ans et vit dans le camp de Jabalia, à côté de Gaza, quatre-vingt-dix mille personnes entassées sur 1,5 kilomètre carré.

124.

Ahmad is 25 and lives in the Jabalia camp near Gaza, where 90,000 people are squeezed into 1.5 sq km.

125.

Conditions de vie très dures : à Gaza, la pauvreté frappe 38 % des familles et le chômage atteignait, au premier semestre 1998, près de 30 % de la main d’oeuvre.

125.

Conditions are hard : in Gaza, 38% of families live in poverty and in the first quarter of 1998 nearly 30% of the work force was unemployed.

126.

Ni l’électricité ni l’approvisionnement en eau ne sont assurés en permanence.

126.

There is no steady supply of electricity or water.

127.

Il est vrai que cinq mille colons continuent d’occuper 40 % de la surface de la bande et accaparent 80 % de ses ressources en eau.

127.

The 5,000 settlers continue to occupy 40% of the surface area of the Strip and use 80% of its water resources.

128.

Ahmad était étudiant à l’université de Bir Zeit, en Cisjordanie.

128.

Ahmad was a student at Bir Zeit University on the West Bank.

129.

Les tracasseries permanentes des autorités israéliennes au point de passage d’Erez, seul porte d’accès à Israèl, lui ont fait perdre son année universitaire et renoncer aux études supérieures.

129.

The constant harassment by Israeli authorities at the Erez crossing point, the only gateway to Israel, caused him to lose his university year and give up the idea of graduate study.

130.

Il ne peut aller travailler comme ouvrier ou serveur dans l’État juif —comme tous les militants fichés durant l’Intifada— et il n’a pu trouver une place dans l’administration palestinienne.

130.

Like all intifada activists "with a file", he is not allowed to work as a labourer or waiter in Israel, nor is he able to find a place in the Palestinian administration either.

131.

Depuis la signature des accords d’Oslo en 1993, le fossé entre la Cisjordanie et Gaza, entre les différentes régions de Cisjordanie, entre Jérusalem-Est et l’arrière-pays se sont élargis.

131.

Since the signing of the Oslo accords in 1993, the gulf that separates the West Bank from the Gaza Strip, the various regions of the West Bank from each other, and East Jerusalem from the hinterland, seems to have grown wider.

132.

"On a appris à se passer de Jérusalem — interdite depuis 1993 aux Palestiniens de Cisjordanie—, de ses lieux de rencontre, de ses monuments, de ses hôpitaux", regrette Mouna.

132.

"Since 1993 Jerusalem has been off-limits to Palestinians of the West Bank ; we have learned to live without its meeting places, monuments and hospitals" sighs Muna.

133.

L’"entité palestinienne autonome" ressemble à un archipel, dont les terres s’éloigneraient les unes des autres.

133.

Now the "independent Palestinian entity" resembles an archipelago, with its land scattered here and there.

134.

Si l’exil est douleur et amertume, il n’a pas le même goût partout.

134.

Not all exiles experience pain and bitterness to the same extent.

135.

En Syrie, les réfugiés disposent des mêmes droits que les nationaux, à l’exception du droit de vote.

135.

In Syria, refugees enjoy the same rights as nationals - except the right to vote.

136.

Ils peuvent ouvrir un commerce, posséder un logement, devenir fonctionnaire, exercer la profession d’avocat ou de médecin.

136.

They can start a business, own a dwelling or become a civil servant, lawyer or doctor.

137.

En revanche, au Liban ils sont soumis, depuis le début des années 90, à des mesures d’une dureté exceptionnelle, à "un racisme pire que celui de l’État juif", s’indigne un journaliste qui a passé quinze ans en prison en Israèl.

137.

By contrast, in Lebanon they have been subjected since the early 1990s to exceptionally tough measures and, as a journalist who spent 15 years in an Israeli prison explained with indignation, "to a racism that surpasses Israel’s own".

138.

Une seule route d’accès, contrôlée par l’armée libanaise, conduit à Rachidieh, un grand camp qui s’étend au bord de la mer, non loin de Tyr, dans le sud du Liban.

138.

A single access road, controlled by the Lebanese army, leads to Rashidieh, a large camp that stretches to the sea not far from Tyre in southern Lebanon.

139.

A l’entrée, les voitures sont fouillées : aucun sac de ciment, aucune pierre, aucun morceau de bois, pas même un clou ne peut entrer.

139.

Cars are searched at its gate and nothing is let in, not a bag of cement, a stone or a piece of wood - not even a nail.

140.

Nulle explication n’est donnée par les soldats, nulle protestation n’est émise par le conducteur, c’est la routine.

140.

The soldiers offer no explanation and the driver does not protest ; everyone just follows the routine.

141.

Mahmoud, la quarantaine, commente : "On nous interdit d’apporter tout matériau pour construire, pour améliorer nos logements."

141.

Mahmud, in his 40s, comments : "They forbid us to bring in any construction materials for home improvement".

142.

Il évoque encore avec horreur le siège mené au milieu des années 80 par la milice chiite Amal.

142.

He still remembers with horror the siege of the mid-1980s led by Amal, the Shia militia.

143.

"Ils ne faisaient aucune différence entre femmes et enfants, vieillards ou adultes, leur but était de nous massacrer tous.

143.

"It didn’t matter if the victims were women, children or the elderly —their aim was to kill us all.

144.

C’était pire que l’occupation israélienne en 1982".

144.

It was worse than the Israeli occupation in 1982".

145.

Mahmoud a fait des études supérieures à Bagdad ; il parle arabe, anglais, turc, farsi et kurde.

145.

Mahmud did graduate studies in Baghdad ; he speaks Arabic, English, Turkish, Farsi and Kurdish.

146.

"L’Irak est une dictature, reconnaît-il, mais au moins, avant 1990, son gouvernement assurait la vie matérielle de ses nationaux.

146.

"Iraq is a dictatorship", he admits, "but up to 1990 at least its government provided its citizens with the necessities of life.

147.

Ici, une soixantaine de professions sont interdites aux Palestiniens.

147.

Here, there are about 60 professions which Palestinians are not allowed to practice.

148.

Je travaille comme journalier, mais notre survie dépend de l’argent que nous recevons de notre famille à l’étranger.

148.

I work as a labourer, but our survival depends on money we receive from our family abroad.

149.

Je suis prêt à émigrer n’importe où, au Zimbabwe s’il le faut".

149.

I’m ready to emigrate anywhere, even Zimbabwe".

150.

Et, en effet, chaque mois, officiellement ou clandestinement, au gré des occasions qui se présentent, des dizaines de jeunes quittent le camp, sans possibilité de retour, souvent par des filières clandestines, contrôlées par les mafias.

150.

And every month, as opportunities arise, dozens of young people leave the camp, either secretly or with permission from the authorities, frequently via underground routes controlled by organised crime and with no possibility of return.

151.

Sur les trois cent soixante-cinq mille Palestiniens recensés au Liban, ils seraient près de cent mille à s’être installés qui en Europe du Nord, qui en Allemagne, qui dans le Golfe.

151.

Of the 365,000 Palestinians that had been counted in Lebanon, nearly 100,000 have settled in northern Europe, Germany or the Gulf.

152.

Au Liban, les Palestiniens sont devenus le bouc émissaire idéal pour tous les partis politiques, de gauche ou de droite.

152.

In Lebanon, the Palestinians have become the perfect scapegoats for all political parties, right and left.

153.

Peu pressés d’analyser leurs propres responsabilités dans la guerre civile, leurs erreurs et leurs crimes, les Libanais rejettent sur les Palestiniens toutes leurs fautes.

153.

In no hurry to assess their own responsibilities, errors or crimes in the civil war, the Lebanese assign all the blame for their own mistakes to the Palestinians.

154.

Il y a longtemps que les responsables ont oublié les massacres de Sabra et Chatila dont l’un des principaux instigateurs, M. Elie Hobeika, siégeait encore au gouvernement en novembre 1998.

154.

Those Lebanese who carried out the massacres at Sabra and Shatila have long forgotten them ; in fact, as recently as November 1998, one of the key instigators, Elie Hobeika, still held a seat in the government.

155.

Qui se souvient, comme le docteur C., un médecin libanais qui a passé sa vie à exercer dans les camps de réfugiés mais qui craint de donner son nom, de ce temps où "chaque pierre, chaque arbre était avec la révolution palestinienne" ?

155.

Dr C., a Lebanese doctor who spent his life practising his profession in refugee camps but now fears to give his name, remembers the time when "every stone and tree was with the Palestinian revolution".

156.

Où celle-ci faisait vibrer une jeunesse désireuse de briser le carcan du confessionnalisme et des traditions ?

156.

But how many still remember the time when this revolution inspired a young generation longing to break out of the confines of confessional politics and tradition ?

157.

Où Beyrouth était l’ardente capitale, comme le rappelait Jean Genet, d’"une révolution grandiose en forme de bouquet d’artifice, un incendie sautant de banque en banque, d’opéra en opéra, de prison en palais de justice" ?

157.

Who recalls, like Jean Genet, the time when Beirut was "the exciting centre of a grand revolution that resembled a burst of fireworks, a flame that spread from bank to bank, from opera house to opera house, from prison to courthouse" ?

158.

La vie des réfugiés, notamment de ceux qui vivent dans l’un des cinquante-neuf camps installés aux frontières d’Israèl, dépend pour beaucoup de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (Unrwa), créé en 1949.

158.

Refugees, particularly those who reside in one of the 59 camps set up on Israel’s borders, rely heavily on the United Nations Relief and Works Agency (UNRWA) which was established in 1949.

159.

C’est l’Unrwa qui s’occupe de la gestion des camps et de leur espace, de la voirie et de l’électricité, de l’eau comme du ramassage des ordures.

159.

It is UNRWA which manages the camps and is responsible for accommodations, public works, electricity, water and refuse collection.

160.

Le camp bénéficie, dans une certaine mesure, d’un statut d’extraterritorialité, auquel les réfugiés sont attachés : il est la preuve de la persistance de leur cause.

160.

To a degree, the camps have an extraterritorial status, to which the refugees are attached since it demonstrates that their cause has not died.

161.

Fouad, un cadre du Fath, est membre de la commission populaire qui gère le camp de Khan Younis ; la commission est élue et tente de répondre aux demandes des habitants en matière de problèmes, aussi bien de voisinage que de services.

161.

Fuad, a Fatah official, is a member of the people’s committee which runs the Khan Yunis camp ; this is an elected committee which handles residents’ problems involving services and neighbourhood relations.

162.

Il explique : "L’installation dans la bande de Gaza de l’Autorité palestinienne ne nous concerne pas directement, en tant que réfugiés.

162.

He explains that "As refugees, we are not directly affected by the Palestinian Authority setting up operations in the Gaza Strip.

163.

Nous considérons cette Autorité comme un gouvernement hôte, qui nous accueille en attendant que notre problème soit réglé".

163.

We view the Authority as a host government lending us support until our situation is resolved definitively".

164.

Ils sont un millier, vêtus de leurs tabliers marron rassemblés dans la cour carrée, entonnant des chants patriotiques avant d’entrer en classe.

164.

A thousand schoolboys in brown overalls have gathered in the square schoolyard and break into a patriotic song before going to class.

165.

Cet après-midi, un millier d’autres les remplaceront : comme la majorité des établissements de l’Unrwa, l’école de garçons d’Ara, dans le camp de Jaramana, proche de Damas, travaille en "double service" —dans certaines, on a déjà commencé le "triple service".

165.

In the afternoon a thousand others will replace them. As with the majority of UNRWA institutions, the Ara boys’ school in the Jaramana camp near Damascus has two shifts —in some places such institutions even have three shifts.

166.

Des dessins et des slogans animent les murs : "Le livre est une lumière qui nous illumine". "Il faut coopérer pour plus de beauté et pour un environnement propre".

166.

Drawings and slogans enliven the walls : "Books are bright lights that make our lives shine" and "To have a clean and beautiful environment we must cooperate.

167.

Ils coexistent avec d’autres appels, plus politiques : "La patrie n’a pas besoin de nos larmes, mais de notre sang". "Demain, ensemble, nous danserons sur la terre de Palestine".

167.

" There are also exhortations with a more political bent : "The homeland needs our blood, not our tears" and "Tomorrow we will dance in unison in the Palestinian homeland".

168.

Le maître parcourt les travées étroites, brandit de petits dessins, interroge sans jamais se lasser. Qu’est-ce que c’est ? Dix mains se lèvent. "An egg", répond l’un d’eux.

168.

The schoolmaster walks up and down the narrow aisles while brandishing small drawings and asks for the umpteenth time "What is this ?" Ten hands go up while one student replies "An egg".

169.

Et ceci ? "An eagle", reprend un autre .

169.

"And this" ? "This is an eagle" replies another.

170.

Puis toute la classe répète en coeur : "This is an egg".

170.

Then the whole class chants in unison "This is an egg.

171.

"This is an eagle".

171.

This is an eagle".

172.

Ils sont cinquante, âgés d’une dizaine d’années, à suivre la première année du cours d’anglais.

172.

In this introductory English course, there are 50 students, all about 10.

173.

Comme dans la plupart des 650 écoles dépendant de l’Unrwa, les classes sont surchargées : en moyenne, 44-45 élèves en Syrie, 47-48 à Gaza, mais seulement à 39 au Liban.

173.

As in most of the 650 schools run by UNRWA, the classes are overcrowded ; on the average, the schools in Syria have 44 or 45 students, those in Gaza 47 or 48.

174.

Pourtant, dans ce dernier pays, le taux de réussite au brevet, qui marque la fin des cycles assurés par les écoles de l’Unrwa est passé en dessous des 50 % : il était de près de 90 % il y a dix ans.

174.

Though in Lebanon there are only 37 to 39 students per class, less than 50% of the students earn the diploma which marks the end of the school cycles provided by UNRWA, down from nearly 90% ten years ago.

175.

Dans tous les domaines, l’Unrwa —qui assure l’éducation des réfugiés, jusqu’au brevet, les soins de santé et l’aide aux plus défavorisés— est en état de siège.

175.

UNRWA, which provides the refugees with education up to the diploma level, health care and basic assistance for the neediest, is besieged on all fronts.

176.

Son financement, assuré à 95 % par des contributions internationales volontaires, n’est plus suffisant.

176.

Its funding, of which 95% comes from volunatry contributions by the international community, is no longer adequate.

177.

En 1998, l’organisation a dû réduire de 60 millions de dollars, soit de 20 % environ, ses dépenses.

177.

In 1998, the organisation had to cut expenses by $60 million or about 20%.

178.

Désormais, elle consacre 94 dollars à chaque réfugié, contre 120 en 1992.

178.

It will now be spending $94 on each refugee, compared to $120 in 1992.

179.

Il ne s’agit pas seulement d’indifférence de la communauté internationale, mais aussi d’un plan délibéré des États-Unis et d’Israèl pour liquider l’Unrwa : son existence même témoigne de la persistance d’un drame que ces deux pays voudraient voir s’évaporer.

179.

This reflects the indifference of the international community which hoped that the Oslo accords would make the Palestinian refugees "vanish". While Israel wished to see the disappearance of an institution whose very existence testifies to the persistence of this tragedy.

180.

Des solutions sont-elles possibles ? Sans doute, et le fait que les réfugiés soient en majorité prêts à reconnaître Israèl et même à y vivre est un signe de l’évolution des esprits.

180.

But the tragedy can be redressed. The fact that the majority of refugees are ready to recognise Israel — even to live there— shows that things have changed.

181.

Pour Mahmoud Darwich, deux conditions sont toutefois indispensables : "Israèl doit reconnaître sa responsabilité dans l’exode des Palestiniens en 1948 et ouvrir ainsi la voie à une réconciliation ; les Palestiniens doivent jouir d’une véritable indépendance nationale, avec la création d’un État indépendant".

181.

For Mahmud Darwish however, there are two indispensable conditions. "Israel must acknowledge its responsibility for the Palestinian exodus of 1948, opening the way for reconciliation, and Palestinians must enjoy bona fide nationhood through the creation of an independent state".

182.

Car on ne pourra pas maintenir indéfiniment des millions d’êtres humains dans ce que Mahmoud Darwich appelle "l’arrière-cour de [leur] patrie".

182.

It is not possible to keep millions of people indefinitely in what Darwish calls "the backyard of their homeland".

Courrier International | Jules Verne | Le Monde diplomatique | National Geographic | Time Magazine |
© UP | EA3816 Laboratoire FORELL - Maison des Sciences de l'Homme et de la Société, 99 avenue du Recteur-Pineau 86000 Poitiers
..:: Contact : Webmaster ::..